"...Gavez les hommes de données inoffensives, incombustibles, qu'ils se sentent bourrés de 'faits' à éclater, renseignés sur tout.
Ensuite, ils s'imagineront qu'ils pensent, ils auront le sentiment du mouvement, tout en piétinant..."

Fahrenheit 451 - Ray Bradbury - 1953

 

L'HOMME AUGMENTE ?

LE RADEAU DE LA MEDUSE

 

 

Ensemble de culbutos à baffer sans modération

 

 

ETUDES PREPARATOIRES
en vue de réalisations de sculptures taille humaine
 

DIALOGUE AVEC UNE CELLULE SOUCHE

- À quoi ressemblera l'homme augmenté après plusieurs générations et quelques mutations ?
Va-t-il avoir besoin de ses mains ?
- Pour faire quoi ?
- Écrire ?
- Mais il suffira de penser pour inscrire sa réflexion. L'écriture même aura disparu.
- Mais il aura besoin de ses doigts ?
- Pour s'accrocher aux arbres ?
Il n'aura plus de savoir-faire.
Il y a bien longtemps que le processus a commencé.
Sur le moment, on constatait la disparition des savoirs. Il n'avait plus de valeur, plus de raison d'être.
Allumer un feu à partir de rien, plus personne ne savait le faire depuis longtemps.
Pour quoi faire ? Ça ne sert à rien de savoir ça.
Cela ne sert à rien de savoir.
Et cela servait l'intérêt de certains, les tentaculaires vendeurs, the tentacular sellers. Ils vendaient, ils vendaient, ils vendaient. Ils vendaient de tout. Ils vendaient de quoi allumer les feux en toutes circonstances : c'est mieux pour vous, c'est plus facile, c'est plus rapide. Cela va vous faire gagner du temps.
Du temps ! Ils aimaient bien le temps libre des autres, les tentaculaires vendeurs.
Ce n'était pas pour que les gens le passent à apprendre. Non !
C'étaient pour leur vendre, vendre, vendre.
- vendre quoi ?
-Et bien de quoi passer le temps !
Ils avaient inventé un mobilier, une idée de génie. Ils appelaient cela un canapé. Il faut les imaginer, pendant des heures les personnes restaient assises, sans rien faire.
Et plus il était difficile de se relever, plus c'était un bon canapé.
Ils disaient qu'il était confortable.

Et pour faire passer le temps, ils ont inventé la télévision.
Alors les gens regardaient, regardaient, regardaient, des heures. Ils étaient contents, très contents. Ils appelaient ces meubles des 'fenêtres sur le monde'.
Pendant ce temps, dans la télévision, les tentaculaires vendeurs leur vendaient de tout. Ils jubilaient quand ils leur ont revendu des canapés et des télévisions, alors qu'ils ont avaient déjà.
Et c'était ainsi pour tout.

Et puis le temps est passé. La génération suivante a trouvé ça 'has been'.
Puisque le canapé, ça ne marchait plus, les tentaculaires vendeurs ont mis la télé dans la poche des gens en leur disant que c'était encore plus perfectionné et qu'ils pouvaient faire plein de choses avec.
Et alors là, ils étaient tout le temps dedans, mais dedans et tout le temps.
Et pourtant c'était petit.
Et les tentaculaires vendeurs, ils vendaient, ils vendaient, ils vendaient. Ils vendaient tout, même la façon de penser des gens, ils vendaient et revendaient.

Et durant ce temps, tout ce qu'on savait faire avant, dans la vraie vie, on ne savait plus le faire. Cela a été rapide. À force juste de taper sur des petits écrans, les doigts ont commencé à s'atrophier.

 


 
L'EMPRISE DU JEU
 
 
 

- Et la tête, qu'est ce qu'elle devient ? La substance de la pensée, le berceau de l'âme, la source des émotions, la voie de la voix ?
- La salle de commandement ? C'était avant quand les gens se posaient des questions sur leur libre arbitre. C'était depuis longtemps un sujet controversé.
Enfin ! Quoi qu'il en soit, la question ne se pose plus, car elle n'a plus lieu d'être.

Les humains ont cédé leurs droits sur leurs pensées.

Et celles-ci ont été remplacées par un système d'algorithmes bien plus performant.

C'est venu tout naturellement, petit à petit, à force de laisser les programmes penser et décider à leurs places, en validant des petites conditions générales d'utilisation : la servitude volontaire.

L'âme est passée à l'as.

Le Tout, qui a suscité tant de réflexions et de débats depuis le début de l'humanité a été remplacé par une micropuce au niveau du nombril.

On a flatté leurs égos. On leur a dit qu'ils seraient plus intelligents, qu'ils iraient plus loin, plus vite dans les espaces infinis des mondes virtuels. Et c'était un endroit pratique pour la maintenance.

D'utile ne restait que l'orifice buccal comme organe encore actif pour la nourriture. La respiration et la voix. Le cerveau ne servant à rien, il était inutile de garder toute cette masse.

On a enlevé la tête. On a coupé la tête. Ce n'est pas un phénomène génétique. C'est une greffe qu'on pratique à la naissance. Cela se déroule assez facilement. La technique est au point maintenant. Les premiers essais ont commencé quelque temps après la période des canapés. Il me semble que la première greffe de tête s'est déroulée vers l'an 2017 – 18.

Pour le projet 'remplace ta tête', il y a eu un concours organisé. Il était adressé à des jeunes, ingénieurs et designers. On leur a vanté la chance qu'ils auraient de travailler sur un projet révolutionnaire et innovant, en collaboration avec les meilleurs centres de recherche. Le prix était un exemplaire offert et un accompagnement pour monter leurs start-up. Beaucoup étaient partants.

Et voilà comment cela s'est passé :

La nourriture, le goût, cela faisait un petit bout de temps que les gens avaient pris l'habitude de manger des aliments sans goûts, en grosse quantité. Cela avait commencé avec l'industrialisation alimentaire.

Le projet de l'entonnoir a été choisi : simple de fabrication pour un maximum d'efficacité.
Le jury était international et démocratique, mais c'était toujours les mêmes qui tiraient les ficelles, les Maîtres des Algos.
On a fini par les appeler les Tentacles.

 

 
 
LE GAVÉ HÉROÏQUE
 
 

- Et pour le déplacement ?

- Ha ! C'est un domaine intéressant. Il y a de la modification structurelle et la conséquence est énorme.

C'était toujours aux alentours de la période des canapés. Les tentaculaires vendeurs ont inventé des engins pour transporter les gens.

Encore une fois, tout le monde était content. C'était moins fatigant. Cela allait plus vite et permettait de gagner du temps. La pollution engendrée était un problème secondaire, voir mineur pour chacun.

Et du coup, les hommes marchaient de moins en moins. Même pour se déplacer sur les trottoirs, ils avaient des roues sous les pieds. Ils n'avaient rien à faire, même les cotes, ça montait tout seul.

Les conséquences génétiques se sont manifestées sur les générations suivantes. Les muscles sont devenus atrophiés et la peau s'est mise à plisser.

Quant au pied, la voûte plantaire a disparu. La marche est devenue extrêmement compliquée.

Maintenant, la marche nécessite des heures d'entraînement et une bonne dose de talent. On ne peut la voir que dans les spectacles.

Il n'y a que des artistes qui marchent.

 

 

L'ARTISTE MALHEUREUX
 
 

Ce qui est incroyable dans tout cela, malgré toute la technologie, tous les moyens déployés, toutes les recherches, ils restent des zones incompréhensibles.

La tête a été enlevée. Le corps est commandé par une puce et pourtant on note des phases de perturbations mentales.
Certes, ceux qui en sont sujets sont très rares.

La foi et le désespoir réapparaissent de temps à autre.

 
 
 
LA METAMORPHOSE DE LA FOI
 
 
 

- La femme a gardé ses attributs sexuels.
Non pas pour la reproduction. Cela fait longtemps que cette fonction n'existe plus, ni chez l'homme ni chez la femme.
Cela a commencé par des soucis de fécondité. Les progrès de la science ont très vite permis de mettre au point la reproduction artificielle.

Ces progrès ont été financés par les Tentacles. Ils avaient tout intérêt à mettre en place des individus bien formatés, à leurs convenances.

Mais les rapports sexuels ont continué. Certains et certaines y trouvent encore du plaisir bien que de nombreux programmes virtuels proposent des sensations bien plus fortes.

On suppose que cela remonte aux temps immémoriaux où depuis, ces rapports archaïques régissent les rapports de force.

 
 
 
L'ETERNELLE FEMININE